Accueil> … > Entretenir sans polluer
Visuel "Entretenir sans polluer"

Entretenir sans polluer

Le Communauté d'agglomération est gestionnaire d’espaces verts.

Elle a aussi un rôle de conseil auprès des communes de son territoire.

Elle est enfin engagée dans la charte de désherbage communal du Syndicat de Bassin versant de la Vilaine Amont.

Pour toutes ces raisons, Vitré Communauté recherche les meilleures solutions pour ne plus désherber chimiquement. Elle vise l’arrêt total de pesticides (niveau 5 de la charte) en utilisant divers matériels et techniques :

  • en préventif : balayeuse de voirie, broyeur de végétaux, paillage des espaces plantés.
  • en curatif : désherbeur thermique, brosse désherbante, désherbeur mécanique, débroussailleuse, désherbage manuel.

 

Vitré Communauté cherche aussi à faire évoluer notre regard et nos exigences en matière d’entretien des espaces verts en ayant une plus grande tolérance vis-à-vis des plantes sauvages : doivent-elles vraiment être détruites ?

Quand on les laisse pousser, on découvre des floraisons, des insectes, des papillons en plus grand nombre. Ainsi, l'équipe de Vitré Communauté met en œuvre une nouvelle gestion de ses espaces verts dite «différenciée». Ses objectifs sont :

  • d’améliorer la biodiversité
  • d'apporter un cadre de vie plus naturel susceptible d’interpeller les nombreux usagers de nos parcs d’activités.

 

Des ressources en eau potable à préserver

Le bassin de la Vilaine amont alimente en eau potable plus de 130 000 habitants. Le suivi de la qualité de l’eau met régulièrement en évidence des pollutions par les produits phytosanitaires non agricoles. Ces produits rendent le coût des traitements plus onéreux.

Le saviez-vous ?
1g de matière active déversée suffit à polluer 10 km de fossé !

Rappel : En Bretagne, depuis le mois de mai 2005, le traitement chimique est strictement interdit

  • à moins de 1 m de tout fossé, même sec,
  • et à 5 m des cours d’eau, ainsi que sur les caniveaux et avaloirs.

 

Les particuliers aussi…

En ayant recours à des techniques alternatives, vous pouvez éviter d’utiliser des produits dangereux pour l’environnement et la santé.

Votre commune et votre communauté d’agglomération s’engagent à diminuer leurs traitements car elles se doivent de montrer l’exemple. Pourquoi pas vous ?

Quelles solutions adopter ?

Tout d'abord, il est nécessaire de s'interroger : ai-je réellement besoin de désherber ? Ces plantes sont-elles gênantes à cet endroit ? A moins qu’elles ne soient des envahissantes, pourquoi ne pas les laisser fleurir ?
Pour désherber, il existe des gestes simples : couper les fleurs avant qu’elles ne forment leurs graines. Verser régulièrement l’eau de cuisson sur les zones à maintenir «propres». Faucher, sarcler.

On peut aussi utiliser des solutions préventives : le paillage dans les massifs ou les plantes couvre-sols au pied des arbres, à la fois esthétiques et en compétition avec les indésirables. Des pas japonais sur la pelouse plutôt qu’une allée sablée…

A savoir : au même titre que le déneigement, il incombe à chaque habitant le nettoyage et le balayage au droit de son habitation ou de son commerce en façade de rue. Cela est valable que la voie soit publique ou privée. Les services municipaux se chargent du mieux possible de cette tâche mais si les riverains y participent, nos trottoirs seront plus accueillants.
En accord avec la municipalité, on peut même envisager de planter ou semer des fleurs annuelles et vivaces le long des façades.

Parce que la préservation de notre ressource dépend souvent de ces petits gestes quotidiens…